> Expression des organisations syndicales > Expressions syndicales locales > É-CLAIR : éducation prioritaire délaissée et précarité généralisée

É-CLAIR : éducation prioritaire délaissée et précarité généralisée

Communiqué de Sud éducation Bouches du Rhône du 3 mai 2011

dimanche 15 mai 2011, par 13014

{id_article}article en PDF  


Malgré les faux-fuyants du rectorat depuis plusieurs mois, c’est devenu une évidence
chiffrée : afin de pourvoir les 34 postes à profil ECLAIR dans les établissements du
secondaire concernés, il n’y a eu que 12 candidatures spontanées...

Même en admettant que toutes ces candidatures soient retenues et réparties sur des
postes différents, il restera 22 postes vacants qui seront donc confiés à des TZR affectés à l’année, ou plus probablement, vu le peu de TZR disponibles, à des contractuels ou à une succession de vacataires...

Alors qu’un des buts affirmés du dispositif était la stabilité des personnels, c’est un peu hasardeux.

SUD Education Bouches-du-Rhône dénonce fermement ce désinvestissement de
l’Etat dans les quartiers qui en ont le plus besoin
.

SUD Education Bouches-du-Rhône préconise des mesures énergiques


qui permettraient de rendre les postes de titulaires plus attractifs qu’ils ne le sont à l’heure actuelle :
- Diminuer le temps de présence devant élèves, dans ces établissements, en l’abaissant à 14
heures pour un temps plein. Compenser par des heures de concertation inscrites dans la
ventilation des services.
- Limiter les effectifs de classe à 23 élèves et à 20 en moyenne sur l’établissement.
- Affecter une assistante sociale à temps plein dans chacun de ces établissements.
- Renforcer l’autonomie pédagogique des enseignants (dans le cadre des programmes nationaux) dans ces établissements.
- Rétablir les moyens de vie scolaire supprimés et n’affecter sur des postes de surveillance que des assistants d’éducation.

titre documents joints




mieux vu avec Firefox