> Expression des établissements et des AG > Compte rendu de l’AG contre le CLAIR à Vaulx-en-Velin du 18 Mai (...)

Compte rendu de l’AG contre le CLAIR à Vaulx-en-Velin du 18 Mai 2011

mercredi 25 mai 2011, par Collège Barbusse

{id_article}article en PDF  


Réunion Inter Clair à Vaulx-en-Velin à l'appel du collège Barbusse

mercredi 18 Mai 2011

Compte rendu

1°) Établissements présents

    • Barbusse (Vaulx-en-Velin)

    • Jean Rostand (Arbent, Ain)

    • Jean Moulin (Villefranche-sur-Saône)

    • Noirettes (Vaulx-en-Velin déjà CLAIR)

    • Schoelcher (Lyon 9°, La Duchère)

    • Ampère (Oyonnax, Ain, déjà CLAIR)

Excusés :

    • Duclos (Vaulx-en-Velin)

    • LP Seguin (Vénissieux)


2°) Info des établissements

- Schoelcher (Lyon 9°, La Duchère)

Le chef a essayé, sous couvert d'innovation pédagogique, de baisser l'horaire à 45 min pour gagner sur la DHG et faire passer deux heures de plus hebdomadaires (soit 20h) « de rattrapage » dans l'emploi du temps des profs. Front de refus qui a fonctionné.

A propos de l'EIST (enseignement intégré des sciences et de la technologie) : lancé en janvier, puis circulaire de Chatel pour les futurs établissements CLAIR, l'EIST n'est pas obligatoire dans la circulaire. Le chef d'établissement a laissé croire à une obligation puis a reconnu que c'était une expérimentation à faire passer en CA. Il a posé une réunion pour préparer cela. Les collègues ont fait deux pétitions : une contre les CLAIR et l'autre contre l'EIST. Toutes deux ont été signées presque à l'unanimité. Tout le monde a débarqué à la réunion EIST, pas seulement les profs de sciences. Le chef a débarqué de son côté avec 3 IPR (Techno, SVT, Math et pas celui de ScPhy) sans avoir averti les collègues de sciences de leur présence. Il a essayé de tourner le projet dans tous les sens pour qu'il passe et apparaisse EIST (même sous la forme d'IDD). Les profs ont annoncé clairement leur non volontariat devant ce beau monde et ne présenteront rien étiqueté EIST, le chef présentera un projet tout seul devant le CA. L'établissement est assez mobilisé, mais pas encore mûr pour la grève.

Le principal a refusé dans les questions diverses au CA des motions de principe contre CLAIR et l'EIST. Il est à nouveau question de l'EIST dans la circulaire de rentrée.

Dans les lettres de mission de Schoelcher, il y a l'obligation d'être préfet des études.


- Ampère (Oyonnax, Ain)

Ils sont CLAIR depuis la rentrée 2010. 50% des collègues est contre et le reste ne dit rien, du coup il y a pas mal de conflits entre les collègues. Le Principal a laissé couler cette année, n'a pas cherché de préfet des études mais a fini par en trouver 4 pour la rentrée 2011. Petit à petit ils rentrent dans le dispositif. Le collectif a fait grève une journée (article dans le progrès) mais reste pessimiste pour la suite de la mobilisation si une nouvelle dynamique ne se créée pas.



- Barbusse (Vaulx-en-Velin)

Position en HIS contre CLAIR, audience à l'inspecteur et recteur (et pour des problèmes de vie scolaire aussi). Sur les CLAIR, le discours de l'IA a été ferme : il n'y a pas le choix, les RAR n'existent plus (et si refus : suppression des aides). L'administration veut à tout prix poser la structure même si c'est une coquille vide pour que petit à petit les collègues mobilisés partent et soient remplacés par des collègues à la botte. C'est la mort des revendications pour les moyens dans les banlieues.

Il y a déjà eu une conférence de presse à Barbusse sur le sujet des CLAIR. Les chefs rédigent des lettres de mission mais n'y incluent pas la charge de préfet. Selon le Principal, quelqu'un qui coordonnerait ne pourrait venir que de l'équipe. Trop de choses à Barbusse pour qu'un de l'extérieur vienne dire comment travailler, et de toute façon personne ne voudrait travailler avec lui.

Position de refus du LPC (livret personnel de compétences) de la part des collègues en heure d'info syndicale.

Il faut tenir un discours de défense de l'éducation prioritaire et garder des ambitions pour les élèves par rapport aux parents. C'est un point de convergence fort sur Vaulx-en-Velin avec le premier degré.


- Jean Rostand (Arbent, Ain)

Pas de mobilisation contre CLAIR pour l'instant, ils viennent aux nouvelles. Ils étaient dans le journal en début d'année pour un remplacement de mathématiques qui ne se faisait pas et qui avait donné lieu à une tentative de recrutement par pôle emploi.


- Noirettes (Vaulx-en-Velin)

Le collège est passé CLAIR depuis la rentrée 2010. Le Principal essaie de passer en force, mais il n'a pas passé grand chose. Il avait ses quatre préfets à la rentrée, trouvés parmi des nouveaux ou des participants à l'école ouverte fin août. Un collègue essaie de faire passer la 3e alternance sous l'étiquette innovation mais cela avait déjà été décidé avant. Comme il fallait montrer une bonne image à des IPR qui étaient en visite, ils ont proposé ce faux projet. Les collègues étaient triés sur le volet pour la rencontre. Mais en fait il n'y avait rien de nouveau. Les autres n'ont pas pu participer à la discussion.

Pour les préfets il y a une réunion hebdomadaire avec la direction, et les autres collègues ne le savent que depuis peu ! Il n'y a bien sur pas de compte rendu, personne ne sait ce qu'il s'y dit. L'équipe ne connait pas le contenu des lettres de mission des préfets.

Les IG sont venus et ont interviewé les huiles et les préfets afin de créer un DVD de propagande.

Les collègues sont assez divisés dans l'équipe (50/50).

Tous ceux qui ont eu une mutation cette année ont été recrutés sur profil : deux TZR et deux venant de l'extérieur. La chef cherche pour la rentrée. Les collègues ne savent pas ce qui a été signé dans les lettres de mission. Une recrutée n'aurait pas signé de lettre de mission.

Par rapport à l'EIST, ils n'ont eu aucune nouvelle.


- Jean Moulin (Villefranche)

Les collègues sont assez nombreux à se mobiliser (¼), les autres ne sont pas pour le label clair mais sont mous et ne se bougent pas.

Le Principal est contre le label clair, car il sait qu'on va lui casser les pieds s'il passe CLAIR. Il voudrait ne pas revenir au statut de ZEP pour autant, il voudrait redevenir un établissement classique.

Ils ont fait passer un vote contre le CLAIR au CA dans une motion de principe - qui certes n'a aucun poids.

Les parents FCPE travaillent très bien avec les profs. Pétition contre CLAIR signée à l'unanimité, article dans la presse locale,

Le chef a déjà fait des postes à profil et a déjà mené des entretiens (car il y a trois départ inter-académiques). Si quelque chose de collectif sort de la réunion, les collègues sont prêts à bouger.


3°) Discussion / Propositions d'action


a) Discussion

- Rémunération préfet des études : 1200€/an mais ils vont concerter et travailler avec des collègues qui ne toucheront rien. Alors pourquoi accepter de travailler gratuitement en concertation avec un préfet qui lui sera payé pour ce temps ? (impossibilité de répartir cette enveloppe)

- l'EIST se vote en expérimentation pédagogique au CA (contrairement au CLAIR qui est imposé). Il serait possible pour une fois d'avoir un vote qui serve à quelque chose en CA.

- Poser la structure CLAIR pour l'académie n'est pas vide de sens, même si pour l'instant ils posent une coquille vide. Ils posent déjà le recrutement par les chefs. Un chef peut maintenant dire : vous faites 20 h ou je ne vous prends pas par exemple.

- Des TZR dans des établissements depuis plusieurs années candidatent sur les postes à profil. C'est inquiétant aussi pour eux, parce qu'ils devront passer des entretiens, auront une obligation de résultats, seront recrutés sur un temps donné, risquent d'être incités à partir s'ils ne sont pas dans la ligne de la direction, et savent qu'ils cautionnent une future casse du statut. Pas de bonif de mutation annoncée s'ils partent avant les cinq ans de mission, etc. Ils vont marcher à la baguette.

- A Villefranche, les collègues se sont posés la question de partir, et ont voulu rester et occuper la place. Ils se sont aussi posés la question de demander à être préfets pour saboter de l'intérieur. Mais ont renoncé parce qu'ils ne savaient pas à quelle sauce ils seraient mangés : trop dangereux. Ils pensent que des collègues vont tout accepter pour être sur poste fixe, sans complément de service… En même temps les enquiquineurs dans les établissements sont aussi souvent ceux qui font les projets alors comment l'administration fera sans ?

- Sur quels critères vont être recrutés les profs ? L'évaluation dépend des établissements.

- Villefranche a eu une grosse fuite des élèves. Cela fait bondir les parents de voir la ghettoïsation de l'établissement. Contourner la carte n'est pas évident pour les plus défavorisés. Ils ont alerté les élus par l'intermédiaire de la presse locale.

- Nous allons tout droit dans le système anglo-saxon (cf droits d'entrée dans les écoles). Penser que l'an prochain, ce sont les élections et qu'ils ne voudront pas trop de vagues.


b) Propositions

- Refuser de travailler avec les préfets des études : il faut du temps et des rémunérations pour tout le monde pour mener des projets en commun. S'ils sont 4 à avoir une rémunération, alors ils peuvent se faire des projets à 4.

- Faire remonter sur la liste de diffusion les collègues qui n'étaient pas là mais qui veulent suivre les échanges.

- Accepter ou non les postes de préfet et les lettres de mission. Problème c'est que si ces missions sont acceptées il va être dit que le dispositif passe.

- Rassemblement.

- Parler dans le communiqué de l'éducation prioritaire, de ce que perdent les élèves et de ce qu'ils ne gagnent pas avec CLAIR.

- Partir du communiqué de Barbusse pour une commission tracts et communiqués.

- Demande d'audience commune avec conférence de presse.

- Nouvelle réunion ?

- Site internet auclairdelalutte.lutter-agir.org : compte rendu dessus.

- Grève CLAIR à la rentrée : EIST, LPC, refus de travailler avec les préfets, demander que les moyens soient répartis sur l'ensemble des équipes, etc ...

- Travailler au niveau des parents.

- Redescendre dans les bahuts pour démarcher encore les collègues qui n'étaient pas là aujourd'hui.

- Retourner dans les bahuts en se les partageant.

- Parents : chaque bahut se débrouille avec ses parents.


PROPOSITIONS VALIDEES PAR L'AG.

- Déclaration commune : mandate 3 personnes => Valérie (Barbusse), Sebastien (Schoelcher), Laetitia (Jean Moulin), Alexandre (Ampère).

- Demande audience au Recteur + Rassemblement devant rectorat 8 Juin 14H30 + conf de presse pendant le rassemblement + AG des personnels à 16H dans la foulée. Demande d'audience pour 15H00. Dépôt des demandes Denis (Barbusse) et Alexandre (Ampère).

- Redescendre dans les bahuts pour démarcher encore les collègues qui n'étaient pas là aujourd'hui : Catherine (Schoelcher) à Marc sequin, Samuel (Schoelcher) voit avec Marc pour contacts avec La Ricamarie (Loire). Barbusse fait la Loire (autre contacts). Schoelcher va à Triolet et Noirettes à Lamartine, Barbusse à Duclos; David et Julien (Barbusse) à Longchambon et un tour dans la Loire, l'Ain va "l'ain chez l'autre" :-).

- Diffusion aux parents (chaque bahut s'organise et copie le communiqué parents à la FCPE).

- Tous les volontaires intègrent la liste de diffusion pour plus de collégialité et pas seulement un ou deux représentants par établissement.

- Principe de prendre les postes de préfet pour saboter de l'intérieur => position de principe de l'AG plutôt contre, mais ça se joue dans les établissements

- Refus de travailler sous l'autorité des préfets des études à travailler dans chaque établissement.

- Viser la grève à la rentrée


- Le tract à destination des enseignants
- Le tract à destination des parents et de la presse


Répondre à cet article



mieux vu avec Firefox